Historique

Jusqu’en 1836, St-Gabriel a été connu sous le nom de « MISSION DU LAC MASKINONGÉ ». Cette mission couvrait un territoire 4 à 5 fois plus étendu que la paroisse actuelle. On en a détaché successivement St-Didace, St-Damien, St-Charles, St-Cléophas, une partie de St-Edmond, de St-Norbert et de St-Félix-de-Valois.

Le lac Maskinongé fut connu à une époque assez reculée. Déjà, au 17e siècle, les Algonquins (Tête-de-boule) le traversaient fréquemment en se rendant à Trois-Rivières pour y faire la traite des fourrures. Ils suivaient la chaîne de lacs qui relie la Matawinie, où ils habitaient, au lac Maskinongé, puis ils descendaient par la rivière du même nom jusqu’au St-Laurent.

Tout ce que nous avons conservé des premiers habitants de la région sont les noms des deux principales rivières qui alimentent le lac Maskinongé : Matambin, qui vient de Matomban (lieu d’où l’on s’embarque) et Mastigouche, que les indiens appelaient Matshigosse, et que les anglais ont travesti en 1880, alors que fut fondé le club de pêche du même nom.

Le nom du lac Maskinongé est également d’origine algonquine : Mask – fort – et kinongé – brochet.
Les pionniers de St-Gabriel étaient des écossais et des Irlandais. Jesse Armstrong fut le premier à obtenir, en 1783, un vaste terrain au lac, dans le domaine de Lanaudière. Plusieurs irlandais imitèrent monsieur Armstrong par la suite. Dès l’an 1819, on note l’arrivée des premiers canadiens-français.

Nos pionniers rencontraient d’importantes difficultés : il n’y avait aucun chemin, les seules routes naturelles étaient le lac et les rivières coupées de rapides. En 1830, Bernard Monday obtint du gouvernement un octroi de 30 000 $ pour faire une route. Ainsi, au cours des années, différentes routes sont établies.

St-Gabriel fut érigée en paroisse canonique en 1851 et en paroisse civile en 1853. Les paroisses environnantes se formèrent et se détachèrent graduellement de St-Gabriel de la même façon. En 1893, St-Gabriel se divise en deux municipalités civiles : St-Gabriel village et St-Gabriel paroisse, qui comprend la paroisse d’aujourd’hui.